Entrevue avec un déneigeur : Sam Extérieur


Jasons métiers et professions / vendredi, octobre 12th, 2018

L’hiver est à nos portes. Les entrepreneurs en déneigement sont en pleine période de recrutement. C’est le cas de Sam Extérieur dans les Basses-Laurentides. Aujourd’hui, il nous parle de son parcours de carrière et nous explique les dessous croustillants de son métier.

  1. Pourquoi as-tu décidé de faire carrière dans l’industrie du déneigement?

    J’ai toujours su que je deviendrais entrepreneur. À 14 ans, j’ai commencé à tondre des gazons dans mon quartier. Je marchais en poussant une petite remorque dans laquelle se trouvait ma tondeuse. Mine de rien, 7 ans plus tard, j’avais 150 clients. À 22 ans, alors que j’étais étudiant, un petit entrepreneur local m’a demandé si je voulais acheter sa route de déneigement. J’ai accepté. Je n’avais jamais opéré un tracteur. Imaginez! J’ai appris « sur le tas » pendant la première tempête. Ce qui devait être un métier d’étudiant est devenu, de fil en aiguille, une entreprise qui dessert maintenant 3000 clients et qui embauche une quarantaine d’employés à l’hiver.

  2. Le déneigement, c’est un travail saisonnier à temps partiel. Les opérateurs travaillent de jour et de nuit, et ce, la semaine comme la fin de semaine. Ils travaillent aussi à Noël et au Jour de l’An. Dis-moi, pourquoi quelqu’un voudrait-il faire ce job?

    D’une part, il faut se l’avouer, on se sent comme des petits gars sur nos gros camions. Ça provoque un réel sentiment de puissance. D’autre part, on sait pertinemment que notre métier est essentiel pour assurer la sécurité publique lors de tempêtes et que, sans nous, les gens ne pourraient tout simplement pas fonctionner. C’est gratifiant quand on y pense!

  3. Décris-moi brièvement l’industrie du déneigement.

    Malheureusement, c’est une industrie ingrate. Chaque tempête où nous performons moins bien laisse une trace dans l’esprit des gens. Les personnes s’attendent à ce que nous soyons en mesure de mieux prévoir la météo que les météorologues. Parfois, les changements climatiques se font si abruptement qu’il est très difficile de se mobiliser rapidement. Dans notre industrie, débuter ses opérations trop tôt ou trop tard peut avoir d’importantes conséquences.

  4. Combien de cours es-tu capable de déneiger en deux heures de travail?

    Je peux déneiger entre 75 et 80 cours lorsque la taille des entrées est standard et que la distance entre les maisons est raisonnable.

  5. Pourrais-tu expliquer à un enfant de 8 ans pourquoi maman doit pelleter son banc de neige alors qu’elle paie pour que sa cour soit déneigée?

    Mon garçon, l’entrepreneur en déneigement n’est pas un magicien. Il n’a pas de boule de cristal. La ville vient tout juste de déneiger les rues et l’entrepreneur fait son gros possible pour enlever les bancs de neige rapidement mais il ne connait pas tous les déplacements de la ville. Lors d’une grosse tempête, il arrive que le banc de neige soit très gros et que la voiture de ta maman soit stationnée juste à ses côtés. L’entrepreneur ne peut pas déneiger car il pourrait abimer l’auto de ta maman. Mon garçon, tu dois aussi savoir que l’entrepreneur n’a pas de super pouvoirs. Parfois, il arrive que la machinerie brise et que ça prenne plusieurs heures à la réparer.

  6. Donne-moi un exemple d’une situation où tu as fait plus que ce qui était attendu de toi.

    Je circulais sur une rue à Blainville et j’ai vu un courtier immobilier qui était en train de replacer ses pancartes sur un banc de neige puisque celles-ci avaient été poussées par la neige des souffleurs. Je l’ai appelé pour lui expliquer à quel endroit il devait les installer pour éviter de se les faire pousser à chaque tempête.

  7. Décris le métier de déneigeur en utilisant des titres de films.

    Le déneigement, c’est une « Mission impossible » et un « Retour vers le futur. » 150 personnes qui veulent être déneigées en même temps, c’est une mission impossible. Quand tu as terminé de les déneiger et qu’il s’agit d’une grosse tempête, tu recommences ta route une 2e fois et ça ne paraît même pas que tu es déjà passé. C’est vraiment un retour vers le futur.

  8. Décris une tempête de neige à quelqu’un qui est aveugle.

    Imagine-toi qu’un nouveau mur est érigé dans ta maison, et ce, sans que tu en aies été avisé. C’est un peu ce que vit un entrepreneur en déneigement lorsqu’il se fie aux prévisions des météorologues et que celles-ci sont erronées. Tu te couches le soir pensant qu’il ne tombera qu’un ou deux centimètres. Tu te réveilles le matin et tu réalises qu’il est tombé 10 centimètres de neige en une heure et que tes 3000 clients veulent être déneigés en même temps. Tu frappes un mur.

  9. Pourquoi un opérateur devrait-il travailler chez Sam Extérieur plutôt qu’ailleurs?

    C’est simple. Le déneigement, c’est un travail d’équipe et on agit en conséquence. On commence et on termine notre route en même temps. On s’entraide. On prend une heure pour déjeuner tous ensemble à chaque tempête. Les membres de l’équipe apprécient aussi le fait qu’ils reçoivent une paie hebdomadaire de la mi-novembre à la mi-avril, et ce, qu’il neige ou non. Leurs revenus sont ainsi plus prévisibles.

  10. Comment ton pire ennemi te décrirait-il?

    Je suis impossible à mettre à terre. Je ne m’abats devant rien. Je suis hyper tenace.

  11. En été, ton entreprise se spécialise en aménagement paysager. Pourrais-tu m’expliquer en une phrase comment on installe du gazon?

    On met le vert en haut!

  12. Où vois-tu ton entreprise dans 5 ans?

    Dans les Basses-Laurentides, c’est Sam Extérieur qui déneige présentement le plus grand nombre de clients résidentiels. Dans 5
    ans, mon objectif est que mon entreprise soit connue comme étant LA référence en déneigement pour le secteur résidentiel ainsi que les petits commerces des Basses-Laurentides.

Biographie de l’entrepreneur

Samuel Robitaille est le président et fondateur de Sam Extérieur. Détenteur d’un baccalauréat en administration des affaires du HEC Montréal, Samuel est devenu entrepreneur en déneigement par la force des choses. À l’âge de 22 ans, il a acquis sa première route de déneigement ainsi que son premier tracteur. 15 ans plus tard, il détient une flotte de 40 machines et comprend une liste impressionnante de 3000 clients. Dans ses temps libres, il aime travailler dans son potager, faire des tours de machines avec son fils, partager un bon vin avec sa douce et voyager.

Pour de plus amples informations
au sujet de cette entreprise :

www.samexterieur.com
info@samexterieur.com

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *