La tendance aux aires ouvertes : une manipulation patronale?


Gestion stratégique des ressources humaines et de l'organisation, Santé, sécurité et mieux-être au travail / mardi, décembre 25th, 2018

Les aires ouvertes, c’est tendance! Plusieurs entreprises, notamment dans le secteur des technologies de l’information et de la communication, ne jurent que par ça et utilisent même leur design d’intérieur pour attirer de nouveaux talents. Jasons RH. Jasons pour de vrai… Les aires ouvertes, est-ce si cool que ça? Si oui, pour qui?

Les gens qui sont vendus aux concepts des aires ouvertes utilisent généralement comme arguments que l’environnement de travail favorise la communication, la collaboration et la créativité. D’autres soutiennent que ça permet aux travailleurs de développer un plus grand sentiment d’appartenance. Ça fait du sens… De plus, disons-le, les concepts à aires ouvertes bien conçus sont vraiment charmants!

Il y a cependant un gros bémol aux aires ouvertes. C’est maintenant que j’attire votre attention sur les résultats d’un sondage plus ou moins crédible qui a été mené auprès de 4000 personnes. Oui, le sondage manque d’impartialité en raison de sa source de financement. Toutefois, certains résultats me semblent plausibles. Du moins, ils suscitent des questions qui méritent d’être débattues.

1.       Le tiers des personnes qui travaillent dans un espace de travail à aires ouvertes s’empêchent d’exprimer leurs véritables pensées et opinions lorsqu’elles effectuent des appels, et ce, de peur d’être jugées par leurs collègues. 

2.       Le quart des personnes qui travaillent dans un espace de travail à aires ouvertes détestent tellement l’aménagement intérieur qu’elles seraient prêtes à faire une croix sur la machine à café afin de retourner à un espace de travail conventionnel.

Wow! Sérieusement? Dans mon livre à moi, quand tu es prêt à abandonner ta machine à café, c’est que l’aménagement des bureaux est vraiment insupportable!  Sans blague, je n’ai jamais eu à travailler dans un espace de travail à aires ouvertes. Par contre, je peux très bien laisser place à mon imagination : interruptions, problèmes de concentration, baisse de productivité, manque de confidentialité, incapacité de contrôler la température ou la luminosité, etc. Sans parler des collègues qui laissent tout traîner ou encore de ceux qui se mouchent, qui toussent, qui pètent… Bref, ce n’est pas tout le temps le Club Med!

Les aires ouvertes, c’est bon pour qui? Ça dépend. L’idée n’est pas mauvaise. Les plans doivent cependant être effectués brillamment. Pourquoi ne pas aménager à la fois des zones à aires ouvertes, des salles de réunion et des bureaux fermés où les employés peuvent s’isoler afin d’effectuer une tâche qui exige de la concentration ou une certaine confidentialité?

À défaut de planifier le design correctement, le concept à aires ouvertes pourrait rapidement paraître comme une simple astuce de l’entreprise pour diminuer ses frais généraux en  réduisant le nombre de pieds carrés par poste de travail ou, pire encore, une stratégie pour surveiller plus étroitement ses employés… cauchemar!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *