Quand la carrière devient une cause indirecte d’infertilité…


Carrière, Développement de carrière / dimanche, janvier 20th, 2019

Le niveau de scolarité des femmes d’aujourd’hui n’a rien à voir avec celui de nos mères et de nos grands-mères. En effet, la majorité des étudiants au baccalauréat sont maintenant de sexe féminin. Au fil des décennies, les femmes se sont émancipées. Comment pourrions-nous possiblement les blâmer?

Nous connaissons tous plusieurs femmes qui se sont mariées, qui ont eu des enfants et qui sont demeurées au foyer parce que c’est ce que la société attendait d’elles. Une proportion de ces femmes étaient heureuses dans ce rôle. D’autres auraient souhaité une vie différente mais ne voyaient pas d’issues possibles.

Les nouvelles générations de femmes ont davantage d’opportunités et, fort heureusement, elles en profitent! Les femmes étudient, voyagent, travaillent et se sentent de plus en plus libres de choisir ou non de bâtir une famille.

Je fais partie de ces femmes qui ne se s’est jamais sentie limitée par ses possibilités. J’ai quitté le domicile familial à 18 ans. J’ai voyagé. J’ai complété des études collégiales, un baccalauréat et une maîtrise. J’ai beaucoup misé sur ma carrière. Je me suis dit qu’investir sur moi-même était le meilleur investissement que je pouvais possiblement faire. Je le crois toujours d’ailleurs.

J’ai terminé mes études à l’âge de 31 ans. Au moment où l’éternelle étudiante en moi avait enfin décidé que toute bonne chose avait une fin, j’ai décidé de revoir mes priorités et d’accorder une plus grande importance à la sphère familiale. Pour la première fois, j’étais suffisamment satisfaite de mon niveau de scolarité et de la progression de ma carrière pour passer à autre chose. Ainsi, à 34 ans, je donnais naissance à mon fils.

Jadis, on aurait dit qu’il était un peu tard pour commencer à fonder une famille. Aujourd’hui, mon cheminement n’est pas considéré marginal. En effet, l’âge moyen pour devenir maman, qui est d’environ 30 ans, n’a pratiquement jamais été aussi élevé. Malheureusement, on parle très peu du fait que fonder une famille ne se fait pas toujours en cliquant des doigts, et ce, surtout lorsqu’on avance dans la trentaine.

L’infertilité, ou plutôt la difficulté à concevoir un enfant après 12 mois d’essai, est une réalité de nombreuses femmes qui ont choisi de fonder leur famille tardivement. Alors qu’elles ont tout mis en place pour favoriser le meilleur environnement possible pour leur rejeton, elles sont incapables de tomber enceinte. Parfois, elles y arrivent. C’est cependant lorsqu’elles veulent lui faire un petit frère ou une petite sœur que ça se complique. L’infertilité secondaire, ça existe aussi!

Seulement 3 femmes sur 4 parviendront à tomber enceinte à l’âge de 35 ans. Les statistiques ne mentent pas : la femme qui attend cet âge pour fonder sa famille a aussi plus de chances de faire une fausse-couche, de faire du diabète de grossesse, d’accoucher prématurément, d’avoir un enfant atteint de la trisomie 21, etc.

J’en parle aujourd’hui car je crois que bien des gens sous-estiment l’impact de leur décision de repousser la fondation d’une famille. C’est à faire attention. Parfois, on peut avoir de mauvaises surprises à vouloir tout contrôler puisque certaines choses ne se contrôlent tout simplement pas.

Il faut éviter les pensées magiques en ce qui a trait à l’infertilité car personne n’est à l’abri. Bien des gens vous diront de rester zen et que ça se fera tout seul. Vraiment? L’horloge biologique de la fécondité de la femme est un concept bien réel. La probabilité de devenir enceinte n’est que de 12 % par cycle menstruel lorsque la femme atteint l’âge de 35 ans. C’est deux fois moins qu’à l’âge de 25 ans.

Bref, si tu veux vraiment avoir un enfant et que toutes les conditions sont réunies pour favoriser un bon environnement pour celui-ci, n’attends pas trop! La sphère professionnelle est une sphère parmi tant d’autres. Dans 5 ans, il est possible qu’il soit trop tard pour concrétiser ton rêve familial. Sur ce, verse-toi un verre de vino, fais-toi belle et amuse-toi! Ciao!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *